Le mot allergie prend son origine du grec << allos>>, qui signifie autre.

Effectivement, l'allergie est une réaction de l'organisme différente, une réaction excessive du système immunitaire face à une substance normalement sans danger. La défense immunitaire se constitue par le système lymphoïde, comprenant les cellules, les organes et les tissus assurant la défense immunitaire de l'organisme. Les organes lymphoïdes donnent naissance aux cellules immunitaires, celle-ci sont nombreuses, mais peuvent être classées en lymphocytes, phagocytes, granulocytes.

Cependant, les immunoglobulines <<Ige>> fabriquées par les lymphocytes B sont particulièrement intéressantes pour détecter les allergies. Lorsque le corps est au contact d'une substance dite allergène, le système immunitaire se met à défaut, de créer des <<Ige>>, pour le protéger. Une Ige est spécifique à l'allergène donné.

C'est la période de sensibilisation.

Les <<Ige>> restent dans l'organisme et dés que celui-ci est à nouveau en contact avec l'allergène, le phénomène allergique se déclenche.

C'est la période de réaction.

la reaction allergique

L'allergène se lie aux anticorps <<Ige>> et les basophiles et mastocytes libèrent des substances inflammatoires comme l'histamine. La réaction inflammatoire se répand dans la zone où l'histamine a été libérée, exemple: yeux qui grattent, nez qui coule.

C'est pourquoi , pour les personnes concernées par la réaction allergique ,une prise de sang peut s'avérer fort intéressante afin  d' évaluer le taux d' <<Ige>> , ainsi que l'allergène déclencheur.

Le nombres de personnes allergiques a considérablement augmenté ces dernières décennies; Les allergènes deviennent multiples et touchent les individus à tout âge, de la naissance à la vieillesse.

Nous nous demandons alors pourquoi notre système immunitaire est-il autant déboussolé?

Les causes de l'augmentation du phénomène allergique résident dans les grands changements de nos modes de vie, de même que l'environnement, qui se sont largement accélérés ces quarante dernières années.

- La pollution atmosphérique à la rencontre des pollens crée des mollécules de plus en plus agressives. Les rejets des usines chimiques, l'augmentation des transports se mêlent aux pollens, donnant un croisement anti-naturel et nuisible. Par ailleurs, les polluants atmosphériques rendent les muqueuses de plus en plus fragiles, les rendant propices à la perméabilité. Les vies respiratoires et les muqueuses oculaires sont les plus sujets aux molécules allergisantes.

- Les lieux d'habitation ont changé. De plus en plus isolés, petits, chauffés, climatisés, ces changements ont conduits à un confinement développant la prolifération d'acariens. Ces petits arachnides invisibles à l'oeil nu, sont responsables de réactions allergiques. Les habitations sont également soumises à une véritable pollution interne par les produits ménagers.Ces produits avec leurs substances de synthèse rendent l'air de nos intérieurs néfaste, agressant une fois de plus nos muqueuses.

- Le changement d'alimentation est catastrophique. L'industrie agro-alimentaire cherchant à amoindrie leur coût de production a valorisé l'aspect quantitatif à l'aspect qualitatif. Les additifs alimentaires ( conservateurs, colorants, émulsifiants, épaississants, etc ), de même que les produits donnés aux animaux et végétaux, ne font qu'entraver notre bonne santé, épuisant notre organisme par des substances indigestes et incompatibles à nos fonctions physiologiques. Le résultat est majoritairement un dérèglement de l'histamine, déclenchant les réactions allergiques.

-Une hygiène à mauvais escient, dont l'excès d'antibiotiques, stérilisation à outrance, cosmétiques et produits d'hygiène chimiques ne font que perturber et fragiliser le métabolisme humain. L'organisme est naturellement construit pour se défendre d'un grand nombre de microbes et virus, mais ces nouveaux usages de l'hygiène ont déséquilibré notre système immunitaire, celui-ci s'est mis à lutter contre des substances normalement inoffensives.

- L'augmentation des animaux de compagnie favorisent les risquent d'allergie. Malheureusement, nos amis à poils ou à plumes peuvent être porteurs d'allergènes.

Pour conclure ce thème, nous notons que de nombreuses études ont démontré que les enfants vivant à la campagne et étant plus au contact de microbes, développaient moins d'allergie que les enfants de la ville.

Article écrit par A.Lescos